Nantes antifasciste, 21 janvier

Nantes antifasciste (partie 1/3) . Plusieurs centaines de personnexs ont défiléexs dans les rues, contre le fascisme et l’extrême droite, pour une société égalitaire, ce 21 janvier. Parce que l’omniprésence des discours et idées d’extrême droite dans les médias est fatigante, insupportable, mais surtout très dangereuse, parce que les inégalités explosent, la pauvreté est rampante, les riches dégueulent de fric, la répression grandit, le fascisme est déjà au pouvoir. Parce qu’on veut la justice pour touxtes, on veut pouvoir se soigner, se cultiver, se loger, se nourrir sans devoir sauter des repas en retour, parce que c’est inévitable si l’on veut vivre sur une planète viable écologiquement et humainement. C’est vers 19h que les manifestantexs ce sont retrouvéexs à la croisée des trams, après avoir allumés quelques dizaines de torches, le cortège déterminé c’est aventuré dans l’hyper-centre, ponctué de feux d’artifices et chants. Une halte est faite au square de la bourse devant la statue en hommage à Georges Villebois-Mareuil, qui participa à la colonisation de la Tunisie puis officia dans différentes colonies, avant de cofonder l’action française à sa retraite. Ensuite, devant l’ancienne MdP, une prise de parole est faite, rappelant son caractère essentiel pour faire se rencontrer, s’organiser, se lier. Puis, la vitrine de Zara, dans un verre particulièrement résistant, est endommagée pour son exploitation des Ouïghours, déclenchant quelques lacrymos et un cortège suivi par la CDI. C’est lorsque place Saint Pierre, des coups sont échangé devant le Gigg’s, que les choses s’accélèrent. La BAC devient pressente, et c’est en bas de la rue de Strasbourg qu’à gauche et derrière des lacrymos sont tirées, tandis qu’à droite la BAC a grenades lacrymos et matraque télescopiques en main. Le cortège se disperse très rapidement, et des interpellations ont lieues, notamment devant le CHU. Temps de travail : - 3h30 (prises de vues) - 4h45 (sélection, traitement, publication)