Contre les violences faites aux travailleureuseXs du sexe, Nantes, 13 avril 2022

Ce mercredi 13 avril 2022, cela faisait 6 ans que la loi pénalisant les clients des TravailleureuseXs Du Sexe (TDS) entrait en vigueur. Cette loi venait remplacer le délit de racolage passif qui pénalisait auparavant les TDS. Ainsi elle pouvait donc donner l’impression d’un progrès social, d’autant plus que cette loi du 13 avril proposait un parcours de sortie de la prostitution. Pourtant il n’en est rien. Pénaliser les clienteXs c’est précariser et insécuriser encore plus les TDS, notamment en déséquilibrant le rapport de force en faveur du clienteX qui peut, par exemple, être à même d’exiger des relations dans un contexte plus dangereux puisque le risque pénal repose sur ellui. C’est donc à l’initiative de l’association Paloma Nantes qu’une marche était organisée dans l’hypercentre pour demander l’abrogation pure et simple de cette loi, et des autres, spécifiques aux TDS. Après des prises de paroles rappelant la nécessité de reconnaitre le travail du sexe comme tout autre travail, pour ouvrir la possibilité aux TDS de travailler dans de bonnes conditions, mais aussi de bénéficier d’une protection sociale notamment, les quelques dizaines de personneXs présentes sont parties en cortège au son des slogans comme « pas de sales putes, que des sales lois », à travers la rue de la Bâclerie, la rue de la Barillerie et l’allée Jean Bart pour revenir place du Bouffay et y installer un stand de prévention

Temps de travail : - prises de vues, 1h - sélection, traitement, publication, 2h30